Vudhavi Karangal

Vudhavi Karangal est un foyer qui accueille les enfants abandonnés dans la région de Pondichéry. Créée en 1991 par Alice Thomas, une première maison a été établie pour héberger des garçons à Nonankkupam, dans les faubourgs de Pondichéry. En 2009, une deuxième maison a vu le jour pour accueillir des filles dans le village de T. N. Palayam sis au milieu d’une campagne verdoyante.
L’association française Les Orphelins de Pondichéry soutient Vudhavi Karangal depuis 2005.

lundi 30 mars 2015

En mars 2015, chez les enfants d’Alice


 Rendez-vous avec Alice rue Mahatma Gandhi dans son accueillante maison. Il fait déjà chaud en ce milieu d'après-midi du mois de mars. La porte est, comme toujours, grande ouverte. Nous entrons. Des jeunes garçons sont assis par terre, quelque peu entassés. Ceux-ci font partie des enfants scolarisés à Pondichéry. Ils attendent la voiture qui les emmènera un peu plus tard à Nonankuppam. Bien entendu, notre arrivée provoque un feu d'artifices de hello, goodbye et autres Vannakham.  Chuchotements  à l'oreille du voisin, rires étouffés, regards en coin, ...
Disons que les devoirs qu'ils sont sensés faire sont légèrement mis de coté devant cette distraction inespérée. L'excitation s'accroit encore quand un tout jeune chiot très au fait des coutumes de la maison d'Alice et Maran franchit avec détermination la porte. Alice tente de ramener le calme dans la pièce. Les enfants se remettent à leurs devoirs et le chiot se retrouve sur le trottoir en compagnie d'un bol de lait.


Nous partons à Palayam avec Alice et Maran. Les rues animées et la circulation chaotique de Pondichéry font rapidement place à la traversée d'un paysage paisible où les rizières attrapent si joliment les éclats du soleil.  Nous arrivons à la maison de filles. Nous traversons le patio et dans la cour, nous attend un spectacle charmant,  serein et si féminin.


Leurs cheveux fraîchement lavés, des  gamines sont absorbées par leur coiffure. Démêler, démêler encore, peigner jusqu'à ce que la chevelure soit comme un rideau noir, lisse, brillant. Tresser, tresser bien serré. Tresse simple qui oscillera lourdement à chaque mouvement de la petite. Tresse sophistiquée qui partant du haut  de la tête, emprisonne au fur et à mesure toute la masse de la sombre chevelure. 
Deux tresses qui encadreront joliment le visage. Et toujours très serré. Pas un cheveu ne doit s'échapper. Pas une mèche importune. L'une y travaille seule avec dextérité. D'autres s'entraident. Et c'est une scène pleine de rires, de mouvements gracieux, d'éclats de lumière dans les noires chevelures, d'amitié, de fraternité ... ne sont-elles pas toutes sœurs dans cette maison ?
 
Soudain la cour s'anime. Une volée de petites filles en uniforme, couettes tenues par de frais rubans bleu,  viennent  d'arriver de leur école privée.   Elles entourent aussitôt Alice pour raconter, raconter encore, chacune ayant des questions, des arguments à faire entendre, des aventures à relater, des rêves à partager. Alice écoute, interroge, commente, conseille, décide, ...
Et ce charmant essaim de papillons bleus s'envole vers les étages.
Le calme retombe sur la cour.
Les plus jeunes nous font du charme. Petites frimousses rebondies, regards rêveurs, yeux pétillants, sourires frais.










Cette fois, nous ne verrons pas les grandes car elles rentrent beaucoup plus tard. Nous faisons un rapide point avec Alice. Il y a actuellement 65 filles à Palayam. Le fonctionnement de l'établissement est lourd. L’atelier de couture est opérationnel et un étage supplémentaire qui reste à terminer doit héberger une classe de maquillage/massage. Il faut équiper les dortoirs, les salles d’études, les sanitaires pour un nombre toujours plus élevé de filles, trouver des moyens pour garantir les frais récurrents incompressibles : électricité, eau, bois pour la cuisine, etc. Nourrir une fille pendant un mois revient à environ 40 Euros. À ceci s'ajoute les vêtements, dans certains cas les uniformes, les produits d'hygiène, et les frais de scolarité pour la majorité des filles qu'Alice préfère mettre dans des écoles privées pour des raisons de qualité d'enseignement. Peu d'aides sont octroyées par le territoire de Pondichéry ou par l'état indien et ces aides sont réservées à certaines situations. Par exemple, l'été dernier, les enfants de gitans n'y étaient pas éligibles. Mais une fois que les enfants sont sous la responsabilité d'Alice, ils ont tous la même chance. Il faut donc jongler avec un budget serré et dans un souci constant d'équité. L'objectif d'Alice est de rendre les enfants autonomes, heureux et fiers en Inde et, pour elle, fort justement, cela passe par l'éducation.  Nous ne pouvons que souscrire à ce rêve ambitieux. En ce qui concerne les filles, le rêve d'Alice commence cette année à devenir réalité. Par une lettre reçue fin mai, elle nous annonce que Ponnarasi, la première fille à poursuivre ses études a réussi sa première année d'infirmière.Kalpana et Aruna ont réussi leur examen final de pré université et, début juin, elles entrent à l'université pour préparer une licence de commerce tandis que quatre filles vont, elles, entrer en pré université (2 600 Euros ont été envoyés à l'orphelinat pour financer la rentrée 2015-2016). Les sillons se tracent opiniâtrement, à petits pas et le regard que ces enfants ont sur leur futur change tout  doucement. Ils commencent à entrevoir que leur avenir leur appartient et que ce sont eux qui en ont la clé.Quelques embrassades, quelques mains serrées, les derniers sourires. Le portail se ferme, nous montons en voiture. Direction, la maison des garçons à Nonankuppam. Là encore, accueil tonitruant des petits qui délaissent leurs devoirs au grand désespoir de leurs surveillants. Nous tentons de nous faire discrets et partons visiter l'atelier qui grâce aux différents sponsors français commence à se remplir sérieusement d'équipements. On peut maintenant y travailler le bois et le métal, y relier des livres, etc. Cet atelier est un vrai succès et les garçons y travaillent pendant le week-end en découvrant le plaisir et la fierté de construire ou réparer eux-mêmes tables, étagères, etc. Nous montons au-dessus de l'atelier où va prendre place un salon de musique car, ici, comme à Palayam, la musique tient  une place  importante.   Musique classique carnatique mais aussi musique moderne. Après le succès de la fanfare créée à Nonankuppam, Alice souhaite mener la même expérience chez les filles. Des filles maitrisant de tonitruantes trompettes, cors et autres hélicons sera un spectacle qui ne manquera certainement pas d’en étonner plus d’un ; moins néanmoins que le dernier projet musical d’Alice qui souhaite monter un orchestre de cornemuses dans chacune des maisons.










 

Françoise Simonot-Lion - mars 2015

Crédits photographiques Mathieu de Lamarzelle, Françoise Simonot