Vudhavi Karangal

Vudhavi Karangal est un foyer qui accueille les enfants abandonnés dans la région de Pondichéry. Créée en 1991 par Alice Thomas, une première maison a été établie pour héberger des garçons à Nonankkupam, dans les faubourgs de Pondichéry. En 2009, une deuxième maison a vu le jour pour accueillir des filles dans le village de T. N. Palayam sis au milieu d’une campagne verdoyante.
L’association française Les Orphelins de Pondichéry soutient Vudhavi Karangal depuis 2005.

vendredi 20 novembre 2015

Vudhavi Karangal - été 2015

Les murs aux couleurs tendres de la vaste pièce sont illuminés par le soleil rayonnant de cette journée de la fin août 2015. Un ventilateur tente timidement de lutter contre la chaude moiteur de l’été pondichérien. Cliquetis des machines, babillement des filles, froissement des tissus. Le projet pour lequel nos amis lorrains, doubiens et savoyards se sont mobilisés depuis 3 ans est là sous nos yeux. 

Nous sommes à Palayam, dans la maison des filles, et l’atelier de couture est terminé et opérationnel. Il sera ouvert prochainement aux femmes du village dès que le fonctionnement des différentes machines sera complétement maitrisé. En attendant, l’atelier fait la joie des filles, les grandes seulement, qui, à tour de rôle, peuvent s’entrainer aux plaisirs des ciseaux, aiguilles et autres pédaliers. C’est samedi et, comme tous les week-ends, des filles ont investi l’atelier. Celles qui sont présentes aujourd’hui saisissent leur chance avec énergie et application. Comme d’habitude, le chien, fidèle gardien des lieux, passe pour une petite inspection avant d’aller, sur un ordre de Maran, tranquillement dormir dans un coin de la pièce.
Demain matin, comme tous les dimanche, un professeur viendra donner un cours de couture.
Au fond de la pièce, c’est le coin des débutantes. Leurs pieds oscillent sur le

pédalier dans une cadence encore un peu hésitante, leurs mains guident maladroitement le tissu sur le plateau de la machine. Pour elles, pas de fil, pas d’aiguille … Un peu frustrant ? Non, regardez leurs sourires éclatants. Elles sont heureuses et fières.
Elles sont devant une vraie machine à coudre et, après quelques heures, leurs petits pieds vont prendre le rythme, leurs mains se feront plus sûres et elles auront droit à s’exercer sur une machine complète : points en avant sur une pièce de tissu, points en arrière, une couture, surfiler, broder, …







Bientôt elles pourront enfin faire partie du cercle des grandes qui occupent aujourd’hui l’entrée de la pièce et qui, penchées sur leurs machines sont déjà capables de coudre les jupes et chemises des uniformes scolaires. L’atelier héberge également un tailleur qui bénéficie des équipements installés (table de coupe, machines à coudre, fer à repasser, etc.)
Puis, c’est Kalpana, virtuose des machines à coudre électriques, qui nous fait avec brio une démonstration de surfilage. Chemises et jupes sont presque terminées. Ne manquent que les boutons. Quelques coups d’aiguilles donnés minutieusement par deux petites assises sur une natte au milieu de la pièce et c’est fini.



L’atelier de couture rêvé par Alice est une superbe réalisation. Il est bien pensé, organisé avec soin. Outre l’apprentissage technique de la couture et de la manipulation de machines, il conduit encore plus les enfants vers l’autonomie et l’indépendance.
Nous quittons les enfants pour retourner dans la chaleur moite du jardin de la maison des filles non sans avoir admiré Maran qui fait son apprentissage de tailleur. Bientôt une corde de plus à son arc.



Françoise Simonot-Lion - Agnès Volpi
(Crédits photographiques Mathieu de Lamarzelle)